Le couloir des pas perdus

Le couloir des pas  perdus…

Seule en scène de Laurence Moletta

sur des textes de Stéphane Oertli

écrit d’après les récits de naissances de Mathilde, Gwenaëlle, Jérôme, Olivier, Cécile, Dan, Céline, Jean-Claude…

Un travail transversal qui associe la voix, le corps, le geste et les perceptions en interaction avec des outils numériques et multimédias.

 Une voix venue d’ailleurs raconte dans divers langages: musicaux et littéraires, l’histoire de notre voyage de l’univers foetal jusqu’au moment de notre naissance. Cette performance est un parcours émotionnel, à la rencontre de nos perceptions les plus primitives. Se voir et s’entendre naître, une quête vers notre paradis perdu, pour nous, nostalgiques de l’utérus.

« Racontez moi votre histoire de naissance… »

 Une histoire construite à partir de témoignages, de récits, d’anecdotes de naissance collectés au grès des rencontres. Des textes en sont nés; ils constituent le fil rouge du spectacle. Ils nous confrontent avec l’idée que nous ne sommes pas égaux dans la naissance, les réalités sont tantôt tragiques, tantôt comiques.

Les textes sont écrit de façon très musicale, ce qui laisse à la chanteuse augmentée, une grande liberté d’interprétation. La partition musicale se mêle au texte, la chanteuse joue avec les phonèmes des mots, les rythmes des syllabes. Sa voix charpente le corps du texte, compose et décompose les sonorités, mêle avec délice les paysages sonores et les mots. Une voix tantôt soliste, parler, chanter, texturée…un très beau travail, d’une grande amplitude vocale. L’univers musicale est conçut à partir de mode de jeux,d’ improvisation vocale augmentée de traitements sonores électroacoustiques.

Extrait du spectacle en écoute sur le lien suivant:  Le couloir des pas perdus

Des univers fantasmagoriques et allégoriques sont développés. Un conte sonore, guidé par une voix qui se dévoile sans fausse pudeur dans son intimité, sa féminité, caresse, chuchote, gronde, sensuelle, aux borborygmes sombres et possédés. Une histoire dans laquelle chacun est libre de créer, rêver, imaginer, fantasmer en se laissant porter par le son. Cet univers onirique est servit par un registre vocal d’une grande souplesse. La chanteuse/performeuse travaille en temps réel les sons grâce à toute une panoplie de capteurs embarqués sur son corps, qui pilotent à distance un logiciel de création sonore. C’est un dispositif pour voix et corps augmenté qu’elle a développé personnellement pour son travail vocal.

Projet soutenu par

La Fédération Wallonie-Bruxelles section Arts Numériques.

Co-produit par: La Fabrique de Théâtre et la Province du Hainaut, Be.

Calendrier de création du spectacle:

La Fabrique de théâtre, Framerie, Be Septembre 2013 Résidence Laboratoire, Février 2014 Résidence écriture en Collaboration avec Stéphane Oertli http://www.lafabrique.be/#!residences/c1i88

Juillet 2014, Travail du personnage, composition textes et musiques Bains Connective, Bruxelles  http://www.bains.be/artists/laurence-moletta/

Usine, Uccle Septembre et Décembre 2014 Mise en scène